Juil 312020
 

Partout où se rend le ministre de l’Intérieur, un comité d’accueil de citoyens en colère est présent pour le conspuer – il faut dire que le dossier du triste sire s’est singulièrement alourdi du fait de provocations répétées. Alors la police, dont il est le patron, met tout en œuvre pour faire taire la contestation, au mépris des libertés démocratiques fondamentales.

Manifestation féministe contre le nouveau gouvernement à Paris - Photo Rebecca Amsellem
Photo Rebecca Amsellem

« Dimanche 26 juillet, c’est un énorme dispositif policier qui voulait empêcher toute forme de contestation à la présence du ministre de l’Intérieur Darmanin durant la cérémonie d’hommage à Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray, résume un collectif regroupant 10 organisations et associations : rues barrées, checkpoints, contrôles d’identité, carton d’invitation exigé, liste de personnes indésirables… Contrairement aux années précédentes, de nombreux habitants n’ont donc pas pu entrer librement sur le lieu de la cérémonie. Tout était mis en place pour empêcher l’expression de celles et ceux qui pensent qu’un homme accusé de viol ne devrait pas être au gouvernement, et encore moins chef de la police. (…) Cette colère féministe, qui a déjà été exprimée par des milliers de femmes et de manifestants un peu partout dans le pays depuis la nomination de Darmanin, a malgré tout pu se faire entendre : cris et pancartes ont accueilli les premiers mots du discours du ministre. Décidément, partout où Darmanin passe, il est attendu et contesté. Cela a évidemment fortement énervé ses gardes-chiourmes qui ont procédé à l’interpellation de onze personnes, dont quatre ont passé 24 heures en garde à vue au commissariat de Rouen. L’une d’entre elles est désormais poursuivie pour «outrage à une personne dépositaire de l’autorité publique» et est convoquée devant le juge le 23 novembre prochain. Nous exigeons l’abandon de toutes les poursuites contre V. Les seuls délits commis dimanche 26 juillet sont le fait de l’État et de la police qui entravent désormais systématiquement le droit de manifester et de s’exprimer librement. C’est ainsi que lors d’un des rassemblements devant l’hôtel de police de Rouen pour exiger la libération immédiate des personnes gardées à vue, une quinzaine de soutiens a été contrôlée et verbalisée pour «tapage diurne». L’État et la police ne savent vraiment plus quoi inventer pour protéger ce ministre, dont le comportement sexiste et les propos homophobes sont pourtant désormais largement connus… quitte à piétiner sauvagement les libertés fondamentales. Cela n’est plus acceptable. C’est pourquoi les sept personnes retenues abusivement pendant plusieurs heures à l’hôtel de police ont décidé de porter plainte pour «atteinte à la liberté individuelle par une personne dépositaire de l’autorité publique». En effet, elles estiment avoir été maintenues illégalement dans ces lieux, en étant privées de leur liberté d’aller et venir, et sans avoir été avisées de leurs droits. »

La pétition, la « vie de jeune homme », « je m’étouffe » Darmanin, démission !

Le choix de Tourcoing : je démissionne de la mairie le lendemain
Photo François Lo Presti/AFP

Rappel des faits : Gérald Darmanin, lorsqu’il était un jeune chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP et un élu municipal à Tourcoing, a au moins en deux occasions sollicité – et obtenu – des faveurs sexuelles en échange d’une intervention de sa part. Pour demander auprès de la ministre de la Justice l’effacement d’une condamnation pour harcèlement envers un ex d’une adhérente de l’UMP et en échange d’un logement – voire d’un emploi – pour une autre femme. Sa défense consiste non à le contester, mais à arguer qu’il ne s’agit pas d’un « viol » au sens juridique du terme. Nous parlons-là de sa défense face à la justice, puisque vis-à-vis du public, et relayé ad nauseam et à l’unisson par toute la Macronie, il prétend n’être coupable de rien ! Au point de promouvoir une pétition en sa faveur : « Gérald Darmanin, jamais mieux servi que par lui-même, a relayé la pétition mise en ligne par Émilie Spriet, relate Marianne. “Vous êtes nombreux à m’adresser des messages de soutien ces derniers jours, je tiens à remercier sincèrement chacun d’entre vous. Aujourd’hui, une Tourquennoise a créé une pétition en ligne sur change.org, vous pouvez : la retrouver, la signer, la partager, la faire signer”, a-t-il écrit sur Facebook ce samedi. La pétition partagée par le ministre s’indigne « des calomnies et des acharnements injustifiés sur les personnes » et dénonce « le procès de rue dont est victime Gérald Darmanin« . “La présomption d’innocence, surtout quand trois décisions de justice consécutives concluent à une absence d’infraction dans la même histoire, est un principe fondamental de notre démocratie et de notre état de droit”. Toujours le même argument tarte-à-la-crème. Faisons un sort tout de suite à ces « trois décisions de justice » : le parquet, placé sous l’autorité hiérarchique du gouvernement, a classé sans suite une plainte pour « abus de faiblesse », un juge d’instruction, suivant la réquisition du même parquet, a prononcé un non-lieu sans même rencontrer la plaignante – et encore moins la confronter au ministre – et une cour d’appel a jugé que le recours exercé par Sophie Spatz, la femme qui demandait à ce que son casier judiciaire soit expurgé et a accepté une nuit de débauche en compagnie de Darmanin comme prix de l’intervention de ce dernier, était trop tardif. La Cour de cassation a jugé le contraire et la procédure est donc rouverte. Donc, ne restent plus que deux « décisions de justice » : le parquet qui classe une plainte sans suite et un juge qui se rend coupable d’un déni de justice en ne convoquant même pas la victime. Sachant que le trafic d’influence et l’abus de faiblesse sont prescrits – les faits datent de 2009 -, seule la qualification de viol pourrait valoir au premier flic de France condamnation. Mais cela n’efface pas sa culpabilité d’avoir abusé de sa position pour imposer des faveurs sexuelles en échange de services. En outre, les trois décisions invoquées par la pétition ne concernent pas « la même affaire », contrairement à ce qu’elle écrit, mais deux affaires distinctes. Et pour la deuxième – un logement contre une fellation, alors qu’il était maire de la ville, en 2015 -, une nouvelle plainte a été déposée par un collectif féministe, non plus pour « abus de faiblesse » mais pour « trafic d’influence ». « En l’espèce, on a trace qu’il a écrit à quatre bailleurs sociaux pour leur demander d’examiner le dossier HLM d’une femme », explique au micro d’Europe 1 Anaïs Leleux, présidente de « Pourvoir féministe ». « Le souci, c’est qu’elle dit qu’avant ça, il est venu chez elle et qu’elle s’est sentie obligée de lui faire une fellation. En dehors de la question du viol et de l’abus de faiblesse, si les faits sont avérés, si Gérald Darmanin a sollicité ou même accepté un rapport sexuel avant d’intervenir en faveur d’une citoyenne, il y a ce que l’on appelle trafic d’influence, corruption », estime-t-elle. »

Tranquille » comme un Gérald Darmanin aux abois - Causette
Ce type n’a pas de figure.

L’article de Marianne précité, à propos de la pétition, révèle : « Émilie Spriet, qui a mis en ligne ce texte de soutien, n’est pas tout à fait une simple citoyenne de Tourcoing, croisée au hasard d’un marché. À lire le message posté sur Facebook par l’élu du Nord, c’est pourtant l’impression donnée. Son CV, posté sur Linkedin, présente en effet la mention « Adjointe de quartiers – Conseillère Municipale », fonction que la cheffe d’entreprise occupait depuis avril 2014. » C’est ainsi une co-listière du ministre aux dernières municipales qui a lancé la pétition. Autant dire que Darmanin l’a vraisemblablement encouragée : minable ! Comme cette déclaration dans La Voix du Nord : « c’est vrai, j’ai eu une vie de jeune homme ». Le fait d’être un jeune homme excuserait donc d’abuser sexuellement des femmes ? Mais cela, ses défenseurs feignent de ne pas le prendre en compte, comme ces 200 élus qui lui accordent leur soutien, toujours avec la bien commode présomption d’innocence : « Gérald Darmanin est un homme (…) dont l’action a toujours été guidée par le sens de l’État, de l’intérêt général et du service à ses concitoyens ». Éventuellement contre une petite pipe, ne précisent-ils pas. Face à eux, un collectif d’élues et responsables politiques (EE-LV, LFI, Génération.s, PS, PCF) proteste vigoureusement.

« Gérald Darmanin est présumé innocent, prennent-elles la précaution d’écrire, avant d’asséner : Mais comment justifier la promotion à l’Intérieur d’un ministre mis en cause dans une enquête préliminaire pour viol, harcèlement et abus de faiblesse et dont les avocats ne contestent pas les faits mais leur qualification pénale ? D’un ministère qui doit être celui de la protection des citoyennes face aux violences sexistes et sexuelles toujours aussi nombreuses ? (…) Au-delà des convictions politiques, nous, femmes responsables politiques, qui nous nous inscrivons dans la tradition républicaine et démocratique, dénonçons cette injure de trop, faite tout à la fois à l’exemplarité politique et, plus grave encore, à toutes ces femmes qui ont tant de mal à être entendues par les institutions policières et judiciaires de notre pays. »

Conversation secrète « de femme à homme »

Et qu’en dit au fond la grande muette de ce débat, la nouvelle ministre de l’Égalité femmes-hommes, Élisabeth Moreno ? Trouve-t-elle normal pour un élu de monnayer ses interventions contre des faveurs sexuelles ? « Tant que vous n’êtes pas condamné par la justice, vous êtes considéré comme innocent, botte-t-elle en touche, dans une interview du 19 juillet dernier. J’ai parlé avec M. Darmanin. J’ai eu une conversation de femme à homme avec lui. Je lui ai dit : « Il faut qu’on se parle là parce qu’on est dans la même équipe. Ton sujet va être un boulet à porter pour moi, il faut que tu m’expliques ce qui s’est passé. » Ce qu’il m’a dit me porte à le croire. Maintenant, je me mets aussi du côté des personnes dont j’ai la responsabilité, les femmes, et si jamais il m’a menti, j’en tirerai toutes les conséquences. » Qu’a donc bien pu lui dire Le-beau-Gérald, comme l’on pourrait surnommer un maquereau à Tourcoing, qui la « porte à le croire » ? Peut-être ce qu’il a déclaré sur Europe 1, repris et commenté par Libération: « Mardi, lors de son interview télévisée, Emmanuel Macron avait confié que Gérald Darmanin a été «blessé» par les attaques de celles et ceux qui contestent sa promotion au motif qu’il fait l’objet d’une enquête pour viol. Un bel exemple de victimisation de l’accusé que reprend à son compte le ministre de l’Intérieur ce matin sur Europe 1. «Je fais l’objet d’une calomnie. Je ne souhaite à personne d’être accusé à tort et je ne souhaite même pas à mon pire ennemi d’être victime de la chasse à l’homme dont je suis l’objet», se lamente-t-il. «Chasse à l’homme», le terme est lâché. Osé pour quelqu’un qui vient d’être nommé ministre de l’Intérieur et élevé au 7e rang du gouvernement. Puis il embraye sur l’air du complot politique. «Pour des raisons politiques – je vois Mme Dati, Mme Pécresse –, on cherche à affaiblir le gouvernement du président de la République, assène-t-il. Je me demande de temps en temps si on se rend compte de ce qu’on fait de l’honneur de quelqu’un.» Il parle d’honneur !

Peut-être aussi a-t-il complété son propos, face à la défenderesse gouvernementale des femmes, par ces paroles tenues au micro de Jean-Jacques Bourdin : « Je vous le dis les yeux dans les yeux. […] Je n’ai jamais abusé d’aucune femme et je n’ai jamais abusé de mon pouvoir. » Traduisons : simplement, mon sex appeal est tel que les femmes qui viennent me demander des services sont aussitôt prises de l’envie irrépressible de rapports sexuels ! Sans que je ne leur demande rien, pensez donc…
Crédible ?

L’indignité absolue

Un mot enfin de la scandaleuse provocation dont s’est rendu coupable Gérald-le-cowboy devant la commission des lois de l’Assemblée nationale ce mardi 28 juillet : « Quand j’entends le mot violences policières”, personnellement je m’étouffe », a-t-il commis, pesant des mots, manifestement ravi de sa trouvaille.

« Alors que ces deux mots – les derniers prononcés par Cédric Chouviat, selon les constatations de l’IGPN – sont devenus le symbole des violences policières ayant conduit à la mort étouffée du livreur de 42 ans lors d’un contrôle routier le 3 janvier dernier, cette sortie du ministre a provoqué la colère de sa famille et de son avocat », rapporte Marianne. Et il est vrai que l’utilisation du verbe étouffer ne saurait être fortuite – le malheureux Chouviat, agonisant le larynx fracturé par des brutes, la répété à sept reprises, et Darmanin le sait pertinemment – et elle est inqualifiable, digne d’une sortie d’extrême droite. « C’est une expression française utilisée communément, comprise par tous, prétend « l’entourage du ministre », cité par LCI. Il n’y avait aucune arrière-pensée. Il ne s’agit en aucun cas d’un parallèle dans une affaire où des mises en examen ont été prononcées. » Foutage de gueule, quand tu nous tiens… « Les mots du nouveau ministre de l’Intérieur (Gérald Darmanin), qui évidemment ne peuvent être fortuits, ont profondément scandalisé et heurté la famille de Cédric Chouviat, rectifie le communiqué des avocats de famille Chouviat, mentionné par L’Obs.com. Chacun doit mesurer ce que disent ces propos du mépris et du cynisme du ministre de l’Intérieur pour les familles endeuillées ou meurtries par des violences policières. » Les flics les plus violents vont continuer de se régaler et ce virage gouvernemental à la droite de la droite laisse présager des heures bien sombres pour la démocratie à la sauce de la Macronie.

Partagez cet article
Juil 162020
 

Dans l’affaire Darmanin, la défense macroniste qui consiste à invoquer la présomption d’innocence revient à créer un rideau de fumée : derrière la querelle juridique de la qualification ou pas de « viol », reste la gravité des faits – monnayer un service contre des faveurs sexuelles -, non contestés par le désormais ministre de l’Intérieur.
Attention, article-fleuve !

AFP / GEORGES GOBET

Vendredi 10 juillet, des milliers de manifestants un peu partout en France, « en majorité des femmes », précise France 24, « ont répondu à l’appel national lancé par le collectif féministe Nous Toutes pour dénoncer « La culture du viol En Marche ». En cause, « la présence au gouvernement de Gérald Darmanin, accusé de viol, et d’Éric Dupond-Moretti, très critique envers le mouvement #MeToo ». Laissons de côté le cas de l’avocat pénaliste, qui n’est pas notre sujet du jour, pour nous pencher sur celui du désormais ex-maire de Tourcoing (démissionnaire le 14 juillet, nous annonce-t-on). Que reproche-t-on à Gérald Darmanin et, partant, à Macron qui l’a nommé « premier flic de France » ? Et le défend de façon pitoyable en expliquant benoîtement : «Il y a aussi une relation de confiance d’homme à homme » ?

Ah ah ah !

« Tout d’un coup, aux yeux des partisans comme des pourfendeurs de Gérald Darmanin, il n’est plus question de présomption d’innocence et encore moins de «grande cause du quinquennat», traduit Laure Bretton, cheffe du service Politique à Libération et autrice de cet excellent «D’homme à homme» : la double offense de Macron. On parle de solidarité masculine, de cet entre-soi qui est au cœur du combat pour l’égalité entre les femmes et les hommes. » La consœur poursuit : « Emmanuel Macron, déroulant le même argumentaire juridique que tout le gouvernement depuis le remaniement, rappelle que cette affaire a fait l’objet de décisions de justice favorables à Gérald Darmanin. C’est vrai. Il y a eu classements sans suite mais uniquement parce que la procédure judiciaire n’avait pas été respectée. En l’occurrence, aucune confrontation n’avait été organisée entre son accusatrice et Gérald Darmanin, dont on peut raisonnablement penser que son statut de ministre avait pesé dans cette décision. Faussée, la procédure reprend. Politiquement et symboliquement, quand on se veut le héraut de la cause des femmes, il eût été raisonnable d’en attendre l’issue. » Et Laure Bretton d’enfoncer le clou, implacable : « La violence des mots présidentiels ne s’arrête pas là : décrédibilisant la victime présumée du désormais ministre de l’Intérieur (elle aurait tardé à faire éclater l’affaire, ce qui prouverait l’instrumentalisation politique), Emmanuel Macron confie que Gérald Darmanin a été «blessé» par les attaques de celles et ceux qui contestent sa promotion. C’est l’inversion du fardeau de la preuve, la victimisation de l’accusé, la confiance accordée sur le genre. »

Les faits, rien que les faits

Revenons à ce stade au fond de l’affaire, qui rend si insupportable cette réaction de Macron : mi-janvier 2018, Sophie Spatz dépose plainte pour viol contre Darmanin, alors ministre de l’Action et des Comptes publics, pour des faits survenus en 2009. « Sophie Spatz – une ex-call girl (et ex militante UMP, NdA) – avait pris contact avec Gérald Darmanin, alors chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP, dans l’espoir de faire réviser une vieille condamnation en justice, résume Marianne. L’élu, alors âgé de 26 ans, aurait promis d’appuyer sa demande auprès de la ministre de la Justice… non sans adresser lui aussi une requête. «Il va falloir m’aider vous aussi», aurait-il annoncé, selon la plaignante [en posant sa main sur la sienne, NdA]. Se serait ensuivie une soirée à Paris, un détour par un club libertin, puis une nuit dans un hôtel où a eu lieu ce rapport sexuel, qui n’est pas contesté par les conseils du ministre. Plus tard, celui-ci a envoyé une lettre d’intervention à la garde des Sceaux, ce qu’il ne nie pas non plus. »

La défense se bat exclusivement sur le terrain juridique, afin de faire jouer la prescription. Un « trafic d’influence » et un « abus de faiblesse » sont prescrits (faits trop anciens pour être poursuivis), pas un « viol ». Mais sans contester les faits. C’est du reste ce qu’indique le long titre de l’article : Les avocats de Gérald Darmanin ne nient pas les faits qui lui sont reprochés… mais n’y voient pas un viol. Il est donc acquis que Darmanin a réclamé – et obtenu – des faveurs sexuelles en échange d’un service. Il a ainsi utilisé son pouvoir, en tant que chargé de mission au service des affaires juridiques de l’UMP, pour imposer à la plaignante des rapports sexuels, commettant ainsi « trafic d’influence » et « abus de faiblesse ». « Ces faits ne sont pas niés par l’entourage de l’ancien député. Dans la foulée, il aurait bien envoyé une demande d’intervention au ministre de la Justice pour qu’il soutienne la demande de Sophie Spatz », appuient Les Inrocks. Est dévoilé le contenu des SMS échangés par Darmanin et Sophie Spatz, qui « témoignent que du côté de la plaignante, cette nuit fut un cauchemar, qu’elle n’a répondu aux avances de M. Darmanin qu’en raison de sa promesse ». Marianne, taquine, conclut ainsi : « Dans ce dossier et au vu des faits, l’extinction de l’action en justice pourrait ne pas suffire à dissiper les débats sur le comportement de Gérald Darmanin. L’appartenance du ministre à La République en Marche, par exemple, ne pourrait-elle pas être questionnée ? Selon la charte des valeurs du parti macroniste, chaque membre doit respecter «les règles élémentaires de la courtoisie, du respect d’autrui, de l’honnêteté et de la probité.» En conséquence, «chacun de nos adhérents s’engage donc à ne pas commettre de discrimination ou d’abus de pouvoir et à être vigilant sur toute situation de conflit d’intérêt», assure LREM. » Exactement l’inverse des agissements de Darmanin.

Le rideau de fumée de la présomption d’innocence

Pour tenter de défendre l’indéfendable, les macronistes dégainent la présomption d’innocence. Tous l’invoquent : le Premier ministre Jean Castex, Darmanin lui-même, qui franchit désormais toutes les bornes de l’obscénité en se plaignant d’être victime d’une « chasse à l’homme », Macron en personne et désormais 167 députés LREM: « Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, nous sommes toutes et tous engagés au sein de la majorité présidentielle pour faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes et pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes, osent ces tartuffes. C’est une grande cause nationale du quinquennat, nous la portons avec force, détermination et constance, et nous en sommes fiers. (…) En France, seule l’institution judiciaire peut dire qui est coupable ou non, et c’est un garde-fou contre l’arbitraire. (…) Dans les pays où la présomption d’innocence est bafouée, les victimes de violences sexuelles, et plus généralement les femmes, ne sont jamais mieux protégées. Au contraire. » Fort bien. Donc, pour « faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes et pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes », on absout un homme qui a monnayé son intervention contre des faveurs sexuelles, en s’abritant derrière le fait qu’il n’ait pas été condamné et qu’il ne le sera vraisemblablement pas, si la qualification de « viol » n’est pas retenue. On vous voit, hypocrites ! La seule question qui vaille, à poser par exemple à Anne-Laurence Pétel et Alexandra Louis, députées marcheuses des Bouches-du-Rhône à l’origine de cette tribune collective et naturellement féministes autoproclamées, est simple : « Acceptez-vous qu’un homme demande et obtienne des faveurs sexuelles en échange d’un service ? »

– N’hésite pas Marlène, dans ton nouveau ministère, si tu as besoin que je te rende un service…
– Non merci, Gérald.

Marlène Schiappa, ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et désormais ministre à la Citoyenneté déléguée auprès du… ministre de l’Intérieur Darmanin, mérite dans cette affaire son petit paragraphe personnel. Invitée ce matin de La Matinale LCI, elle a prétendu : « Il y a eu trois décisions de justice et sur ces trois décisions de justice – on est en fait au-delà de la présomption d’innocence, hein -, on est là face à un homme qui est passé en jugement et il y a eu deux non-lieux et un classement sans suite. (…) Moi, je regarde la justice. Là, on n’est même pas dans la présomption d’innocence, on n’est pas en train de se dire : on attend de voir ce que va dire la justice. La justice s’est déjà prononcée. Et ensuite le dossier a été rouvert pour une question de procédure. »
Le classement sans suite dont elle parle concerne la plainte pour « abus de faiblesse » d’une habitante de Tourcoing, dont Darmanin était le maire, « déclarant s’être « sentie obligée » de coucher avec Gérald Darmanin pour obtenir un logement et un emploi ». Plainte classée sans suite par le parquet de Paris, qui n’est pas indépendant, le parquet en général étant placé hiérarchiquement sous la tutelle du ministre de la Justice. Donc le parquet, aux ordres du gouvernement, a classé sans suite une plainte visant un ministre : quelle surprise !
Et les deux non-lieux ? C’est l’affaire Spatz. Le Monde explique : « Un juge d’instruction avait refusé, le 16 août 2018, de relancer les investigations après un classement sans suite par le parquet de Paris (encore, NdA) de la plainte initiale de Sophie Patterson-Spatz. Cette dernière avait fait appel de cette décision, mais son recours avait été jugé hors délai par la cour d’appel de Paris. » L’affaire est remontée jusqu’à la Cour de cassation, qui a jugé que l’appel n’était pas hors délai et ordonné à la chambre de l’instruction de le réexaminer. Donc le premier non-lieu a été rendu, suivant la réquisition du parquet (aux ordres du gouvernement ; la pédagogie, c’est la répétition), par un juge qui n’a même pas jugé utile de recevoir la plaignante ! Sophie Spatz avait fait appel, réclamant son audition par le juge et une confrontation avec le ministre et on lui avait répondu, deuxième non-lieu : « C’est trop tard, ma bonne dame ». Réponse que la plus haute juridiction française a jugé fallacieuse. Et jamais Darmanin n’est passé en jugement, contrairement à ce que prétend Schiappa-l’arracheuse-de-dents. Son « la justice s’est déjà prononcée » est en réalité à traduire par « le parquet s’est ingénié à empêcher que les plaintes ne soient instruites ». Évidemment, dit comme ça, c’est moins convaincant.

Une indignation internationale

Shirin Ebadi, juge et avocate iranienne en exil, Prix Nobel de la Paix et féministe hystérique qui ne respecte même pas la présomption d’innocence !

Un collectif de 91 intellectuelles et militantes féministes de plus de 35 pays, dont Shirin Ebadi, Prix Nobel de la paix, et Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de littérature, se charge de répondre à nos macronistes bêlant à la présomption d’innocence et à la justice-qui-s’est-déjà-prononcée : « Nous, militantes, intellectuelles, femmes politiques féministes, issues de plus de trente-cinq pays du monde, avons appris avec sidération, le 6 juillet, les nominations au poste de ministre de l’intérieur de la France de M. Gérald Darmanin et à celui de ministre de la justice de M. Eric Dupond-Moretti. Ce remaniement du gouvernement français représente un virage politique antiféministe, dont la portée dépasse largement les frontières de la France. Il vient renforcer le backlash [« retour de bâton »] contre les femmes, dont nous sommes victimes sur tous les continents, en violation de nos droits fondamentaux. En effet, M. Darmanin fait l’objet d’une procédure judiciaire pour viol, harcèlement sexuel et abus de confiance, qu’il aurait commis à l’encontre de Sophie Patterson-Spatz en 2009. Bien qu’il soit légalement présumé innocent, nous considérons comme politiquement impensable et inacceptable une telle promotion, compte tenu de l’instruction en cours. Nous alertons sur le risque que la nomination de M. Darmanin au poste de ministre de l’Intérieur, autorité hiérarchique des policiers chargés de l’enquête sur ses agissements, pourrait faire peser sur l’indépendance de la procédure. » Croyez-vous ?

Éthique politique, confiance démocratique

« L’argument qui consiste à dire « Il est présumé innocent » est finalement complètement faussé, analyse Beligh Nabli, maître de conférences Habilité à diriger des recherches (HDR) en droit public à l’Université Paris-Est Créteil et auteur de l’ouvrage La République du soupçon. La vie politique au risque de la transparence (Cerf, 2018). Certes, c’est le cas devant la loi, mais ce n’est pas la question. La question, c’est de savoir si cela sape ou non la confiance dans nos représentants. On a des représentants politiques accusés de viol, d’autres accusés de recel…  Mais l’exemplarité n’est pas une thématique proprement juridique, c’est une question à la fois d’éthique politique et de confiance démocratique. (…) Lorsque l’on interroge les Français sur leur représentation des politiques, les deux mots qui arrivent en premier sont « méfiance » et « dégoût ». Exactement ce qui fait grimper le Rassemblement national dans l’opinion, contre lequel les castors d’électeurs ont cru « faire barrage » en votant Macron…

Poignée de mains entre coupables, avec Darmanin et Olivier Dussopt, sous le coup d’une enquête pour « corruption » et « prise illégale d’intérêts », qui ne nie pas non plus les faits mais a tout de même été nommé, tenez-vous bien, ministre chargé des Comptes publics !

Concluons en citant L’Obs, qui n’écrit pas au conditionnel puisque les faits ne sont pas contestés : « En 2009, Gérald Darmanin a demandé à une femme des rapports sexuels, lui promettant d’intervenir auprès du ministère de la Justice pour faire effacer le casier judiciaire de celle-ci. » Ce qu’elle a fait et qu’il a fait. (Et une deuxième femme l’a accusé de pareille demande contre un logement et un emploi.) Tout le reste est littérature. Et la Macronie est ce pays où l’on peut avoir ce comportement ignoble et être nommé ministre de l’Intérieur, patron de la police nationale. What else ?

Mise à jour du 31 juillet : Darmanin, l’acculé, interdit les manifestations contre lui-même.

Partagez cet article
Mai 252020
 
Cet air de benêt !

Gérald Darmanin, fringant ministre de l’Action et des Comptes publics (quel titre grotesque !), a été élu samedi matin maire de Tourcoing. Et il va cumuler ce mandat avec son ministère. Le Monde cite l’ancien sarkozyste : « Le président de la République et le Premier ministre m’avaient autorisé à être ministre et candidat. Ils m’ont autorisé, pendant un temps et vu les circonstances exceptionnelles » liées à l’épidémie de Covid-19, « à exercer ces deux fonctions », a déclaré le ministre de l’Action et des Comptes publics dans un entretien au Journal du dimanche. « Mais sans cumuler les rémunérations : je ne toucherai pas l’indemnité de maire », reversée à la Société protectrice des animaux (SPA), a-t-il précisé. » Nous voilà rassuré (et vaguement ému en pensant à nos compagnons à quatre pattes). Mais pour le reste, cumuler la charge d’une municipalité et d’un (grand) ministère ? « Exit la jurisprudence instaurée par Lionel Jospin en 1997 qui veut qu’un ministre ne peut pas diriger un exécutif local, commente Le Monde. Certes, il s’agit d’une règle non écrite – qui a souffert des exceptions, à gauche comme à droite (Jean-Yves Le Drian, Nicolas Sarkozy…) –, mais le Premier ministre l’avait réaffirmée en septembre 2019. » Les confrères oublient en revanche de rappeler que notre Sibeth Ndiaye nationale, au nom du gouvernement, est encore revenue de façon très résolue sur le sujet quatre mois plus tard, en janvier 2020.

Ouvrons Le Figaro : « La règle du non-cumul demeurera », a-t-elle prévenu, en réponse à la députée LR Véronique Louwagie. « On ne pourra pas être ministre et chef d’un exécutif local. Chacun aura quelques semaines pour se mettre en conformité avec cette règle définie par le chef du gouvernement. » Et d’insister : « Nous le devons à l’ensemble de nos concitoyens ». Comme c’est amusant, il était justement question du futur néo re-maire de Tourcoing : « Un message à l’attention de Gérald Darmanin ? « Elle a répété la règle déjà édictée par le Premier ministre. Ça ne visait pas Gérald Darmanin », élude-t-on à Matignon. » L’article cite également le ci-devant Darmanin lui-même : « Il n’y a pas de règle juridique mais il y a une règle politiqueMême si j’ai été maire et ministre pendant sept mois, je crois qu’il n’est pas sain de cumuler les deux dans la durée. Je me plierai évidemment à la règle choisie par le président de la République. Ministre, c’est temporaire. maire, élu local, c’est l’engagement d’une vie, d’une ville

Finalement, le « Nous le devons à l’ensemble de nos concitoyens » de la porte-parole et la « règle politique » énoncée par le cumulard lui-même sont aujourd’hui oubliés, par la grâce, on vous le donne en mille, de la Covid-19. Et le président retourne sa veste, de même qu’Édouard Philippe. « On ne va pas changer un ministre aussi important et emblématique en ce moment, explique l’entourage du Premier ministre, interrogé dimanche matin par Le Monde. Les Français comprendront que dans les circonstances exceptionnelles que nous vivons, il ne faut pas déstabiliser l’équipe. » On adore ce « les Français comprendront ». Mais Covid-19 ou pas, le problème est surtout que les macronistes n’ont personne – il suffit de voir qui est ministre de l’Intérieur, ou porte-parole du gouvernement, ou encore Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, pour mesurer l’absence criante de personnalités compétentes sur le banc de touche de cette équipe de bras cassés.

Partagez cet article