Avr 072011
 

Le 5 avril 1971 paraissait dans le N° 334 du magazine Le Nouvel Observateur une pétition signée par 343 femmes affirmant avoir subi un avortement, ce qui les exposait à l’époque à des poursuites pénales pouvant aller jusqu’à l’emprisonnement : « Un million de femmes se font avorter chaque année en France. Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples. On fait le silence sur ces millions de femmes. Je déclare que je suis l’une d’elles. Je déclare avoir avorté. De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l’avortement libre », commençait le texte, rédigé par Simone de Beauvoir. A la suite d’un dessin de Cabu pour Charlie Hebdo, leur démarche, prélude à la dépénalisation de l’avortement instaurée par la loi Veil de janvier 1975, passa à la postérité sous le nom du Manifeste des 343 salopes. Mais 40 ans après cet appel, « l’accès à l’IVG n’est toujours pas garanti », proteste un collectif informel de blogueuses féministes, fédérées autour des Entrailles de Mademoiselle.

Continue reading »

Partagez cet article