Juil 202020
 

Une interview accordée par la nouvelle ministre déléguée à la Citoyenneté a fait bondir une trentaine de féministes au cœur des mobilisations actuelles, qui l’accusent de « diversions xénophobes » et recherche de « boucs émissaires ».

« Nous, féministes, dénonçons un gouvernement qui cherche des boucs émissaires et des diversions xénophobes. » De qui, ce cri de colère ? Une trentaine de militantes associatives et politiques, de la fondatrice de la Newsletter Les Glorieuses, Rebecca Amsellem, à Caroline de Haas (#NousToutes), Fatima Benomar (Les effronté-es), ou encore aux deux historiennes Mathilde Larrère et Laurence de Cock, signent une tribune dans le Journal du dimanche titrée Le discours fémonationaliste indigne de Marlène Schiappa. En cause, l’interview accordée au même média par l’ancienne secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes et désormais ministre déléguée à la Citoyenneté. Nous ignorons si cet élément a été validé par la macroniste ou s’il marque un choix éditorial indépendant (et putassier) du journal d’Arnaud Lagardère, mais toujours est-il que l’entretien est publié sous le titre de « Il faut des opérations de reconquête républicaine ».

Commençons donc par cette déclaration. Schiappa est interrogée à propos du « plan contre le communautarisme et les séparatismes«  annoncé par Macron en février et devenu priorité de Jean Castex, avec une loi annoncée dès la rentrée, « visant notamment l’islam politique », précise FranceTVInfo. « Que proposez-vous pour lutter contre ces phénomènes ? », lui demandent donc les deux consoeurs du JDD, ce à quoi elle répond : « D’abord, l’affirmation du principe de laïcité lors des parcours de naturalisation – je souhaite mettre en lumière ces cérémonies, moments solennels, émouvants pour ceux qui deviennent citoyens français ! Ensuite, des opérations de reconquête républicaine de terrain comme lorsque Gérald Darmanin et moi allons, de nuit, Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre. Sans prévenir, parce que la République est chez elle partout. »

« Gérald Darmanin et moi allons, de nuit, Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre. Sans prévenir, parce que la République est chez elle partout. »

Réaction de nos féministes en colère : « Questionnée sur la laïcité, Mme Schiappa répond aussitôt en évoquant les parcours de naturalisation, comme si les étrangers constituaient aujourd’hui la plus grande menace contre la laïcité en France. » Avec un logiciel buggé d’extrême droite dans la tête, c’est le cas : l’islam, les noirs, les Arabes, au secours ! Pas pour les signataires de la tribune : « Comme si les réseaux qui s’organisent aujourd’hui contre le droit à l’avortement, les programmes antisexistes à l’école, le mariage pour tous et la PMA pour toutes, étaient les étrangers et non les identitaires et autres chantres des racines chrétiennes de la France. Elle cite ensuite les « opérations de reconquête (sic) républicaine de terrain, (…) Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre » (un quartier parisien connu pour avoir une population particulièrement racisée), « parce que la République est chez elle partout » ajoute-t-elle, faisant un clin d’œil abject aux « On n’est plus chez nous » et autres « territoires perdus de la République ».

Non à la double peine

Les militantes féministes se hérissent particulièrement lorsque la ministre aborde à nouveau le thème des étrangers, cette fois comme auteurs de violences sexuelles : « Mme Schiappa se vante également d’avoir obtenu la double peine pour les étrangers qui ont commis des violences sexistes et sexuelles, afin qu’ils soient expulsés du territoire français, au lieu qu’ils puissent tout simplement purger leur peine. L’expression « violences sexistes et sexuelles » comprendrait donc les crimes, les délits et les actes sanctionnés par une contravention, comme le harcèlement de rue ? Cette expression, « violences sexistes et sexuelles », que nous utilisons pour souligner le continuum de ces violences, leur caractère banal et quotidien, devient donc un instrument au service d’une politique xénophobe visant les étrangers et leur distribuant des expulsions du territoire en notre nom. Nous, féministes, n’avons jamais revendiqué une quelconque double peine pour les étrangers. Les coupables doivent être jugés et condamnés, payer leur dette à la société comme tout justiciable, et la société doit se mobiliser pour comprendre les racines des violences qui sont commises en son sein. La Ministre de la citoyenneté, censée défendre l’État de droit, les principes républicains, la « présomption d’innocence » comme elle la réclame dans le même entretien pour M. Darmanin, ne peut réclamer « en même temps » un traitement différencié selon la nationalité. »

© Pascal Pochard-Casabianca Source : AFP
En savoir plus sur RT France

« Si la maison de votre voisin s’effondre, vous l’accueillez. Mais s’il se met à tabasser votre sœur, vous le virez ! » Cette citation non plus, dans la bouche de Marine Le Pen Marlène Schiappa, ne passe pas, mais alors pas du tout. Qualifiée d’ « odieuse métaphore », « rappelant la vieille propagande des identitaires racistes de l’étranger s’immisçant dans leur domicile pour y agresser leurs compagnes. » Donc, dans le discours de la ministre de la Citoyenneté, les étrangers sont présentés à la fois comme une menace pour la laïcité, présumés indécrottables islamistes, et un danger pour nos mères, nos filles et nos femmes, à la merci de hordes d’agresseurs sexuels halal ! Bien-sûr qu’il ne s’agit pas de sa formulation, mais c’est bien le pré-supposé qui sous-tend ce discours, effectivement typique de l’extrême droite. Quoi d’autre que l’obsession xénophobe, qui fait des étrangers les responsables de tous les maux de la société, justifierait de les évoquer lorsqu’on parle de violences sexuelles ? Or cette problématique est bien plutôt franco-française, chiffres à l’appui que ne manquent pas de rappeler les signataires : « 90% des viols sont commis par une personne connue de la victime. 50% par un conjoint ou un membre de leur famille. Comme l’a dit Adèle Haenel, ces hommes, ce sont nos pères, nos frères, nos collègues, nos amis. Ce ne sont pas des monstres, et ce ne sont pas structurellement des hommes d’origine étrangère, loin de là. »

Que signifie donc, in fine, le message véhiculé par Schiappa (et Castex, qui ne voit ne pleine crise sociale qu’une urgence absolue : lutter contre les « séparatismes »!) ? C’est la conclusion de la tribune : « Nous, féministes, dénonçons un gouvernement qui cherche des boucs émissaires et des diversions xénophobes. Nous ne nous inscrirons jamais dans les stratégies d’instrumentalisation de nos luttes, que ce soit au service de politiques impérialistes pour aller soit-disant libérer les femmes dans les pays de « l’axe du mal », ou des politiques répressives et racistes à l’encontre des étrangers. Nous refusons que Mme Schiappa aille sur ce terrain en notre nom. »

Partagez cet article
Mai 122020
 

La phrase du jour qui vaut à son auteur notre distinction du Bonnet d’âne eût pu être signée Marlène Schiappa,  Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations, déclarant : « Sibeth Ndiaye est en train de devenir un rôle modèle pour plein de jeunes filles ». Alors que la France entière se moque de la porte-parole du gouvernement, il fallait oser. Mais on le sait, Schiappa ose tout – comme Ndiaye du reste. C’est donc certainement partie remise pour la bouillante corse, parce qu’elle est cette fois tombée sur plus fort qu’elle.

Nous nommons Jean-Michel Blanquer, qui goûtera tout le sel de se voir décerner un Bonnet d’âne pour un ministre de l’Éducation nationale.

Via le compte Twitter du camarade Fontenelle

C’était sur Europe 1, lisez lentement pour mieux déguster le nectar.

« Il y a plus de risques à rester chez soi que d’aller à l’école ».

Affirmation précédée de l’amusant « Beaucoup de pédiatres le disent ». Bon sang, mais ça fait huit semaines qu’on nous serine « Sauvez des vies, restez chez vous » ! Pour commenter cette sortie revigorante de Jean-Michel Blanquer, nous pensons d’abord à l’absurde et au surréalisme. Puis très vite au mépris immense pour son auditoire de la tête d’œuf : faut-il prendre les gens à ce point pour des abrutis quand on manie à un tel niveau le foutage de gueule ? Bonnet d’âne mérité donc pour l’idole du Point, doublé du 89e Ferme ta gueule !, bien senti, de l’histoire de plumedepresse.

Partagez cet article