Fév 132012
 

Toujours affligé d’une cote d’impopularité record, Nicolas Sarkozy n’a que le choix d’encore extrême-droitiser son discours. Comme en 2007, il veut arracher l’élection en raflant les voix lepénistes. Qu’importe si l’inquiétude des Français est d’abord et avant tout sociale : on va bouffer de l’insécurité et de l’immigration à tire-larigot. Ainsi avait-il gagné, ainsi compte-t-il renouveler l’opération : en clivant, violemment, en divisant les Français entre eux, comme il l’a toujours fait. Dresser le smicard contre le chômeur, haro sur les feignants et les fraudeurs – mais on ferme les yeux sur les patrons voyous et l’on se couche devant l’oligarchie. Dresser l’ensemble de la population contre ses éléments d’origine immigrée, fabriquer des boucs-émissaires et agiter des épouvantails : la manoeuvre est grossière et dangereuse mais ce n’est pas ce qui arrêtera cet opportuniste prêt à tout, y compris au pire, pour continuer d’imposer ses diktats libéro-sécuritaires à la France. Il se drape dans la posture du « courage » : est-ce courageux de saigner le peuple, de précipiter des millions de gens dans la misère au bénéfice de quelques-uns, est-ce courageux qu’opprimer le faible et servir le puissant ? Il prétend défendre le travail : des millions de gens n’en trouvent pas, d’autres millions subissent des temps partiels qui ne leur permettent pas de vivre, jamais le gouvernement sarkozyste n’a consenti à revaloriser le Smic et les travailleurs pauvres n’applaudissent pas, eux, le modèle allemand. La valeur travail ? Piétinée. Vive la rente, le patrimoine, le capital, voilà la vraie politique du président des riches ! Responsabilité ? Est-ce responsable de multiplier les plans d’austérité quand tous les économistes dénoncent le fait qu’ils aggravent la crise, par étouffement mécanique de la croissance ? On a pourtant un exemple sous les yeux, avec l’agonie sans fin du peuple grec. Responsables, les Merkel, Sarkozy, le FMI et la troïka ? Responsables du désastre, oui, clairement ! Est-ce responsable de souffler sous les braises de la xénophobie et de la haine ? Quand ses deux propositions de référendum, contre chômeurs et étrangers sont, justement, socialement irresponsables ? Quant à l’autorité, dernière valeur du triptyque sarkozyste, posture grotesque là encore. Depuis longtemps, chacun s’est aperçu que le matamore fait des moulinets avec ses bras, brasse de l’air et donne des coups de mentons dans le vide. Avec cette entrée en campagne, Sarkozy montre qu’il n’hésitera pas à se conduire à nouveau en voyou de la politique. Il s’acharne à ruiner l’intérêt général et abaisse la France. Faites qu’on se réveille enfin de cet interminable cauchemar.

 

Partagez cet article

  14 commentaires à “Travail, responsabilité, autorité : hypocrisie, posture et cynisme”

  1. « Dresser le smicard contre le chômeur, haro sur les feignants et les fraudeurs… »

    Ben oui, mais comme cela marche à tous les coups, il aurait bien tort de se gêner… Il sait très bien utiliser les bas instincts, la beaufitude et la franchouillardise des électeurs, il suffira d’un fait divers bien sordide plus ou moins inventé quinze jours avant les élections, les médias en parleront à longueur de journée, effet garanti.
    Villepin, Morin, Bayrou, qui ne sont ni de gauche ni de gauche se rallieront, on leur trouvera bien un fromage, Mélenchon, Arthaud et Poutou feront 6 % à eux trois, Joly aura jeté l’éponge, et cela repartira pour cinq ans de plus. Et on commencera à parler de Copélovici ou de Jacob ou du fiston, pourquoi pas, pour 2017…

    • Tout à fait vrai : reste que la majorité de ceux qui votent dans le piège, le même qui marche depuis des décennies.
      C’est aussi celui avait permis à Hitler de se hisser au pouvoir. Un psychiatre avait analysé ce triste sir. Son étude avait révélé que si Hitler était bien un homme (on parle de monstre, peut-être, mais avant tout humain). Et qu’il y a une manière de faire réagir les gens, quelque soit le fond d’un discours : en jouant sur les sentiments, en l’occurrence, soit l’amour, soit la haine. L’esprit humain est certainement plus complexe, et les mécanismes peut-être un peu plus subtils (j’en veux pour preuve Propaganda, Comment Manipuler l’Opinion en Démocratie, écrit par Bernays).
      Hitler a largement joué du levier de la haine, et ça a fonctionné. On se dit sans arrêt que ça devait servir de leçon, et puis finalement on retrouve le même genre de discours de haine, de « patriotisme », de « valeurs » et de « morale »…
      Et ça fonctionne encore…
      C’est cruel, mais n’avons-nous pas ce que nous méritons ?

    • J’avais oublié Boutin ! Elle vient de se rallier à Sarkozy, elle lui fait don de sa personne et de son 0,25% après avoir essayé de le faire chanter… Mais maintenant elle ne veut rien pour elle (tu parles), elle se sacrifie, c’est pour la France !

  2. Message subliminal : votons Mélenchon ! ;o)

  3. C’est extrêmement dangereux, en effet, mais c’est sa politique de la terre brûlée : quitte à perdre le pouvoir, ne laisser que des cendres…
    Il aura passé son temps à diviser. Il n’a été QUE le président de l’UMP, QUE celui des riches, QUE celui des plus forts.
    Parce qu’il est faible… faible avec les forts, et fort avec les faibles ! C’est son credo.

  4. Autre point sur lequel il va falloir faire monter la prise de conscience: la tentation de la fraude. Ils ne vont évidemment pas s’encombrer de ce qu’ils nomment « démocratie », et essaieront aussi de s’imposer ainsi.
    Donc: faire passer le message de la vigilance, partout, dans les bureaux de vote, aux dépouillements, etc…

  5. Un mot (une phrase) simple et intéressant la semaine dernière de Thomas Legrand (sur F. Inter) qui analysait le virage à droite du président ‘de tous les français’. Dans l’idée ça faisait: « Sarko-Hollande, en ce moment c’est 40-60; Droite-Gauche en France c’est environ 50-50″. Ne cherchons pas plus loin le pourquoi de la droitisation du discours ».
    Après, nous savons tous que même là, entre les discours et les actes, il peut en passer des glaçons sous les ponts… Après est-ce « dangereux » comme écrit dans quelque commentaire ici… pas plus pas moins que ce qu’on avale (et gerbe) depuis 2002 !

  6. Moi, je pense qu’on a affaire à une mafia des riches et de l’oligarchie, de la Commission Européenne, du FMI, de la Banque Mondiale, des banques en général,des chefs d’Etat libéraux et de leurs Cours, et qu’ils sont prêts à tout pour sauvegarder le système et leurs prébendes.
    On a affaire à des « tueurs ». Donc, pas de quartier, ni de demi-mesures avec ces gens là. Donc, appel à voter FRONT DE GAUCHE pour envoyer tous ces gens-là dans les oubliettes.

  7. ça sera forcément mieux avec Hollande mais bien peur que les travers de la gauche caviar ne ressurgissent!
    Pensez donc: voilà que Hollande rassure la Finance!
    http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRPAE81D07W20120214

  8. Juste pour rire, vous avez quelles sont les valeurs affichées par le fabricant de tabac américain Phillip Morris sur son site ? Integrity, trust and respect. Excusez du peu.
    Marketing disiez-vous ?

  9. Comme disait Todt – penseur plutôt à droite pourtant – on a deux extrême-droite, une au pouvoir et l’autre qui y aspire.
    Dire que la canaille sarkozyste poussait des cris de pucelle quand Act-up avait sorti l’affiche avec « votez Le Pen » et la photo…
    Saletés! Ils feraient tout pour garder, et c’est bien pour ça qu’ils vont dégager.

  10. […] NS :  Ha, c’est comme ça qu’on parle de moi ? […]

 Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

(requis)

(requis)