Avr 272021
 

Allez visiter les quartiers où des petites filles de 3 ou 4 ans portent le voile intégral, sont séparées des garçons et, dès le plus jeune âge, sont mises à part du reste de la société, élevées dans un projet de haine des valeurs de la France. » De qui, cette ignoble bouffée délirante dans les colonnes du très prestigieux Financial Times, en novembre 2020 ? D’Emmanuel Macron. En propageant ainsi de tels fantasmes, le président faisait donc très ouvertement une campagne d’extrême droite il y a déjà plusieurs mois. Rien de surprenant donc à entendre les Darmanin, Schiappa, Blanquer ou Vidal reprendre tranquillement le discours d’extrême droite pur sucre – avec notamment la dénonciation du drolatique autant qu’imaginaire « islamo-gauchisme », variante 2021 du « judéo-bolchévisme ». Quels quartiers exactement ? Combien de petites filles concernées ? Quel « projet de haine des valeurs de la France », par qui exactement ?

https://www.independent.co.uk/news/world/europe/emmanuel-macron-france-muslim-islam-girls-b1621006.html

« Dans les faits, le port de la burqa (un voile intégral qui couvre le corps et le visage d’une femme, y compris ses yeux) et du niqab (qui ne couvre pas les yeux) est interdit en France et tout individu obligeant une mineure à porter ces vêtements s’expose à une peine de prison, rétablit la journaliste Nabila Ramdani. Il n’a jamais été fait état d’incidents impliquant des enfants en burqa, et encore moins de poursuites ou de condamnations. » Une fake news digne (et indigne) d’un Donald Trump, en somme.

Partagez cet article
Nov 122020
 
Amazon.fr - Quand la Gauche a du courage: Chroniques résolument laïques,  progressistes et républicaines - Fourest, Caroline - Livres
Le courage d’être de droite, d’accord avec Zemmour

Caroline Fourest, notre consœur en perpétuelle croisade contre l’islamo-gauchisme, concept d’extrême droite dont elle s’est goulûment emparée, le traque jusqu’aux États-Unis : elle n’a ainsi pas de mots assez durs pour CNN, la chaîne d’info américaine dûment réprimandée sur Twitter : « La presse américaine vient de franchir un pas de plus dans l’ignominie, accuse-t-elle. Relayant, sans vérification, les mensonges d’une organisation proche des Frères musulmans (très soutenus aux États-Unis), basés sur la dispute entre quatre femmes transformée en agression raciste sous la Tour Eiffel. » Caroline chérie réagit à l’annonce d’un « avertissement » aux voyageurs musulmans les dissuadant de se rendre en France, où « les tensions montent après les récentes attaques islamistes », émis par un « groupe d’avocats musulmans ».

« La police a enquêté sur cette affaire, bien-sûr, poursuit notre Torquemada en jupons. Il y a beaucoup de colère après tant d’attaques terroristes et nous craignons des réactions racistes, mais cette affaire n’a rien à voir avec cela ! La bagarre a commencé à propos de chiens bruyants. » Oui, et ? C’est tout ce que Fourest écrira sur le fait-divers proprement dit. Qu’il n’a rien à voir avec une réaction raciste, ce que confirme une enquête de police établissant que le déclenchement des faits provient d’une histoire de chiens bruyants.

Le même jour qui voit notre traqueuse d’islamo-gauchistes traiter la presse américaine d’ignominieuse complice, France bleu revient sur l’affaire : « la préfecture de police avait dans un premier temps évoqué un « différend à cause d’un chien non tenu en laisse »« À ce stade des investigations, aucun élément ne permet d’accréditer la thèse d’un mobile raciste ou lié au port du voile », avait indiqué mardi à franceinfo une source proche du dossier. » Voilà donc la thèse reprise par Fourest, celle de la préfecture de police de Paris, autrement dit Radio-Lallement. Oui mais voilà : « Les deux femmes ont été blessées dimanche soir aux abords de la tour Eiffel à Paris, blessures qui ont entraîné plus de huit jours d’interruption de travail. L’avocat des victimes affirme à franceinfo que l’insulte « sale arabe » a été prononcée par les agresseurs qui ont asséné des coups de couteaux. Au moins l’une des victimes portait le voile. » Et surprise, « le caractère raciste des violences retenu par le parquet », titre France bleu : « Le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire ce mercredi pour violences volontaires avec arme, en réunion et à caractère raciste (…). Les deux personnes qui étaient en garde à vue dans cette affaire ont été déférées ce mercredi. » A force de nier le concept d’islamophobie – ou racisme anti-musulmans, pour les puristes sourcilleux -, on dirait bien que Fourest s’est pris les pieds dans le tapis (de prière).

Affiche du film Caroline chérie
Partagez cet article